L'ECOLE

Toutes les sections de maternelles (dès 24 mois) sont assurées, ainsi que toutes les classes du primaire.

Dans un climat de dialogue et de respect d'autrui, chaque enfant s'épanouit scolairement, socialement, en tenant compte de :

  • ses possibilités
  • sa maturité
  • ses capacités d'expression
  • son rythme biologique
  • son environnement familial et social

Nous proposons dans les classes à petit effectif (de 15 à 24 élèves) :

  • Une équipe pédagogique composée de personnes qualifiées
  • Un personnel compétent et très motivé
  • Une pédagogie active basée sur l'autonomie de l'enfant
  • Un projet éducatif personnalisé qui respecte son rythme et sa personnalité
  • Des programmes de l'Education Nationale
  • Un enseignement des langues anglais/hébreu
  • Une initiation musicale
  • Des activités motrices ou sportives
  • Des activités et des sorties Une garderie périscolaire
  • Des ateliers de médiation culturelle

 

LA DIRECTRICE

Vanessa ROUAH est la Créatrice et la Directrice de l'école Tsohar.

Professeur des écoles, elle a enseigné de nombreuses années dans différents niveaux de classes, puis a eu l'honneur de participer à la formation ALEF 3, formation de chef d'établissement scolaire de l'institut André Neher.

C'est durant ces années qu'elle se met à réfléchir à l'école juive de ses rêves. Une école où chaque enfant trouverait sa place, où les apprentissages seraient repensés et réorganisés dans une cohérence de projet, une école que les enfants auraient du mal à quitter le soir et hâte de retrouver le matin, une école où chaque adulte aurait pleine conscience de sa mission, car éduquer et instruire un enfant c'est bien plus qu'une profession !

 

 

LE PROJET

Le projet est organisé en cinq axes majeurs :

  • 1) La centralité de la Torah
    • L’étude : 2 heures de matières juives quotidiennes. Tous les matins la journée commence par la t'fila, construite en progression selon le niveau (mimée pour être mieux perçue et comprise)
    • Houmach (accompagné très tôt de midrashim et de commentateurs)
    • Halah'a (les lois des fêtes ainsi que celles qui concernent le quotidien de l’enfant)
    • Paracha de la semaine (prise en compte d'une "valeur" tirée d’un verset)
    • La transmission des valeurs : les valeurs ne peuvent faire uniquement l’objet d’un cours ce sont avant tout des expériences de vie les relations de l’homme envers son prochain, ainsi que celles envers son Créateur, dès sa prime enfance l’enfant doit grandir avec la crainte et l’amour de D-ieu. Ainsi, l’élève fait le lien entre ses apprentissages en cours de matières juives et son comportement au quotidien.
    • La Torah représente alors bien plus qu’un livre de leçons et d’histoires, c’est un véritable mode de vie.
    • Vie juive : une programmation organisée autour du calendrier juif permet de structurer le temps de l’enfant autour des moments forts du judaïsme (Chabbat, Rosh ‘Hodesh, les fêtes). L’accent est mis particulièrement sur l’action et le sentiment. L’enfant les retiendra alors tout particulièrement. Les préparatifs aux grands événements, des célébrations… toujours dans l’optique où l’enfant doit être acteur de ses apprentissages.
    • Citoyenneté juive : l’apprentissage de l’hébreu, langue de notre communauté.
    • Histoire juive
  • 2) Vivre son temps autrement
    • Comparons notre rythme scolaire à celui des pays de l’OCDE : en France, nous étudions 144 jours avec 914 heures de cours par an contre 189 jours avec 769 heures en moyenne chez nos voisins. Les enquêtes PISA nous classent pourtant parmi les derniers !
      Une conclusion mathématique : nous étudions plus, en moins de temps, pour des résultats bien moins bons que nos voisins…
    • Les élèves français vivent au rythme des adultes : des journées extrêmement longues. Ils sont donc épuisés, bien moins performants…
      Tout projet de réaménagement du temps scolaire a pour impératif de tenir compte en premier lieu de l’intérêt des enfants.
      Il faut donc réorganiser les rythmes scolaires des enfants en respect avec leurs rythmes physiologiques.
      Tsohar décide de restructurer le calendrier scolaire :
      • Des vacances optimisées : Une dizaine de jours de vacances en décembre et une semaine de vacances en février
      • Des journées réorganisées :
        • Apprentissages scolaires « type classe » de 8 h 30 à 14 h 30
        • 8 h 30 à 10 h 30 : matières juives
        • 10h 30 à 14 h 30 : matières générales
        • à partir de 14 h 30, les activités « type atelier » jusqu'à 17h.
    • Cette organisation horaire correspond au volume horaire des programmes officiels de l’Éducation nationale ; l’objectif de cette programmation est donc d’organiser en même taux horaire les apprentissages différemment.
  • 3) Les après-midis ateliers
    • Le mode de fonctionnement de la maternelle sous forme d’atelier présente un modèle organisationnel intéressant à reproduire en l’élémentaire.
      Ainsi, dans le strict respect des programmes de l’Éducation nationale, les apprentissages sont repensés en atelier.
      L’atelier, car l’enfant apprend mieux par l’action, la manipulation.
      Atelier, car surtout la présence et la confrontation avec ses pairs lui sont bénéfiques. (Le socio-constructivisme).
      Les ateliers visent à attiser la curiosité des élèves face au monde qui les entoure.
      Les élèves sont placés en décloisonnement -par cycle- et sont organisés autour des activités proposées :
      • Motricité / sport : danse, krav maga, yoga, foot…
      • Découverte de la science
      • Arts plastiques
      • Musique
      • Théâtre
      • Estime de soi
      • Langues : anglais et hébreu
    • Ces apprentissages sont assurés par l’équipe enseignante ainsi que par des acteurs spécialisés en leur domaine de compétences, intervenant de l’extérieur.
    • Ces après-midis sont également des moments pour se rendre à la bibliothèque ou encore organiser des sorties culturelles.
    • L’idée essentielle étant que l’enfant grandisse autour d’un seul et même projet ; les activités dites périscolaires sont au service des apprentissages scolaires dans une cohérence de programmation de compétences.
    • Elles permettent alors une ouverture sur l’extérieur, et sont souvent des éléments déclencheurs ou de réinvestissement au service des notions abordées en classe.
  • 4) Un suivi personnalisé et adapté
    • La réussite de tous en développant les potentialités de chacun.
      Outre le fait que Tsohar se veut être une école à échelle humaine, les ateliers d’après-midi permettent une véritable proximité des enseignants et des élèves. L’équipe dans son entité est tournée vers l’enfant.
    • Les ateliers participent à cette approche, car c’est à ces moments en particulier que les élèves se sentent dans des conditions différentes. Il est alors au sein d’un groupe qui n’est pas forcément de sa classe, où il n’est plus stigmatisé, avec un autre professeur, ce qui peut lui donner une occasion supplémentaire de s’épanouir intellectuellement, et affectivement.
    • L’enfant est donc suivi individuellement, et régulièrement évalué.
      L’évaluation est souvent génératrice de stress et compétition. Ces effets sont contraires à ce que nous voulons développer chez l’enfant.
      En effet, l’élève perd trop souvent ses moyens et n’ose répondre de peur d’être confronter à l’échec or l’école est l’endroit où l’on droit construire ses savoirs et l’erreur est un élément important pour leurs constructions.
    • La politique de Tsohar est donc de mettre en place un contrat de confiance avec chaque élève et valoriser ses réussites pour le mener à son niveau d’excellence. Seul un enseignant conscient de ces réalités peut suivre un enfant et l’aider à se construire positivement.
  • 5) Un partenariat
    • Deux partenariats majeurs :
      • L'EQUIPE
        L’équipe, formée de professeurs diplômés et expérimentés.
        Une seule et même équipe qui travaille en étroite collaboration : professeurs d’enseignement des matières générales, professeurs d’enseignement des matières Juives, intervenants de l’extérieur
        Des réunions de concertation et des projets bâtis en commun permettront à l’enfant de s’épanouir autour d’un seul et même projet
      • LES FAMILLES
        Les familles : Tsohar est l’école des familles. L’équipe enseignante au côté des parents forment alors une véritable communauté éducative.
        Grâce aux nouvelles technologies qui facilite la communication ; SMS, Email, Blog et Site internet, l’équipe peut régulièrement tenir informé les familles sur la vie de l’école et le suivi des élèves.
        Des rendez-vous ponctuels où les parents seront acteurs et spectateurs de l’éducation et l’enseignement de leurs enfants au sein de Tsohar : les fêtes, les kabbalat shabbat, les exposés, les moments d’étude parents/enfants… Toutes ces occasions pour que l’enfant réalise que face à lui, une seule et même équipe œuvre au quotidien pour son bien...

 

CONTACT

Ecole Tsohar

Centre communautaire - 11, rue du 8 mai 1945 - 94000 - Créteil

Adresse mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Téléphone : 06 60 65 97 97

Site internet : www.tsohar.com